Blog

,
Papa a accroché une photo d'un moteur de moto sur le mur de sa chambre. À 21 ans à peine, il s'est déjà imposé comme un mécanicien hors pair, consacrant ses journées à réparer et à redonner vie à des motos. "Réparer des motos a toujours été une passion pour moi depuis mon enfance", explique-t-il. Lorsqu'une grosse tumeur a commencé à se développer sur le côté gauche de son visage, non seulement elle a mis sa santé en péril, mais il a craint qu'elle ne compromette son avenir en tant que mécanicien professionnel. "Ce travail est très exigeant sur le plan physique ; il est difficile de l'exercer avec une tumeur", commente-t-il.

Une opération qui transforme la vie d’Hassan

,
Lorsqu'un père décède, ses enfants s'efforcent naturellement de maintenir son souvenir vivant. Pour Hassan, le fait d'avoir vécu avec son père atteint de la même maladie qui l'a finalement emporté - des complications liées à une hernie abdominale – a fait partie de ses souvenirs les plus forts.

L’histoire d’Ibrahim : l’impact de soins dentaires dispensés à temps

,
Lorsque Ibrahim, 13 ans, est arrivé sur le Global Mercy™ amarré à Freetown en Sierra Leone, le côté gauche de son visage était énormément enflé, formant une tumeur s'étendant bien au-delà de la mâchoire de l'adolescent. Un simple mal de dents était apparu à l'âge de 9 ans, mais en l'absence de traitement, le problème s'est aggravé et une grande partie de sa mâchoire s'est infectée.

Le parcours d’un électricien à la recherche d’un sens à sa vie

,
Lorsque Jean-Jacques Diouf est monté sur la passerelle de l'Africa Mercy® pour la première fois au Sénégal, son pays d'origine, il avait préparé sa valise avec le nécessaire pour une semaine seulement. Il se doutait bien qu'il ne resterait pas longtemps à bord. Il se portait bénévole sur insistance de son père, persuadé que Mercy Ships changerait la vie de son fils sur le plan personnel et professionnel. Il lui avait conseillé de "partir et de tâter le terrain sur le navire-hôpital".

L’amour d’un père : L’histoire d’Aissatou

,
Plusieurs années avaient passé au cours desquelles Ousmane avait cherché de l'aide pour sa fille Aissatou, née quatre ans plus tôt avec un bec-de-lièvre. La famille a consulté de nombreux hôpitaux au Sénégal, mais aucun n'a pu la guérir. Ses voisins, amis et famille désespéraient également, affirmant à Ousmane que le bec-de-lièvre de sa fille ne pourrait être soigné.

Constituer l’équipage des deux plus grands navires-hôpitaux civils au monde

,
Des centaines de bénévoles sont indispensables pour mener à bien la mission de Mercy Ships : offrir des interventions chirurgicales sûres et gratuites par le biais de ses navires-hôpitaux. Véritables professionnels, ces bénévoles doivent être dotés de solides compétences en matière de médecine, de navigation, de comptabilité, de cuisine et de bien d'autres domaines également. Ils viennent du monde entier et sont exposés à de longs voyages, aux barrières linguistiques, à l'obtention de visas et à d'autres aspects logistiques avant d'embarquer sur le navire et de commencer à servir. L'équipe "Personnel et Culture d'entreprise" (P&C) de Mercy Ships les accompagne et leur apporte le soutien et l'expertise nécessaires pour réussir leur parcours.

Formation de formateurs : Un chirurgien ophtalmologiste guinéen transmet son savoir à ses confrères pour leur donner les moyens d’agir

,
Chirurgien talentueux en quête de nouveaux apprentissages, le Dr Thierno Bah a voyagé dans des villes du monde entier pour participer à des formations et des conférences. Son expérience et ses compétences de chirurgien ophtalmologiste ont déjà fait de lui une personnalité reconnue de l'écosystème chirurgical guinéen.

Florence Bangura, la femme qui s’est forgée une vie à travers les épreuves

,
L'histoire de Florence Bangura chez Mercy Ships s'étend sur 20 ans, couvrant deux pays, trois navires et quatre missions. A l'âge de 29 ans, une semaine seulement après avoir obtenu son diplôme officiel, Florence a embarqué comme soudeuse à bord de l'Anastasis, le tout premier navire-hôpital de Mercy Ships.

Les aspirations profondes de deux dentistes se rejoignent sur le Global Mercy™

,
Le Dr Marijke Westerduin et le Dr Salematou Camara se sont rencontrées physiquement quand elles étaient dentistes à bord du plus grand navire-hôpital civil du monde, mais leur première rencontre s'est passée des années plus tôt en visioconférence. En 2020, alors que la pandémie de COVID-19 est survenue, le Dr Westerduin s'est connectée aux appels Zoom depuis son domicile aux Pays-Bas pour aider à former le Dr Camara, alors étudiante en médecine dentaire à l'Université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC) en Guinée. Ces appels réguliers sont devenus une passerelle, reliant la riche expérience de professionnel dentaire du Dr Westerduin aux aspirations croissantes du Dr Camara.

La « voix » de la liberté retrouvée pour Ramatulai

,
For the last 20 years, Ramatulai’s voice had been locked inside, as she was completely unable to open her mouth.  The rare condition, temporomandibular joint (TMJ) ankylosis, affected Ramatulai from early infancy when she experienced trauma to her jaw as a newborn.