Articles

Ship

,
Ibrahim Bangura est né à Freetown, en Sierra Leone, et sa famille habite dans le district de Kambia, au nord du pays. Même s'il est natif de Sierra Leone, il n'a pas saisi l'ampleur des besoins médicaux dans son propre pays jusqu'à ce qu'il rejoigne Mercy Ships en tant que membre de l'équipage national. "Même si je vis dans le pays, je n'ai jamais vu de personnes atteintes de telles maladies, avec des tumeurs aussi énormes", explique-t-il. "Des gens avec de telles fentes labiales, je n'ai jamais vu cela de ma vie." Les maladies sont souvent plus graves dans les zones rurales, où il est difficile pour la population de se rendre à l'hôpital. En 2011, alors qu'Ibrahim commençait à travailler sur l'Africa Mercy® à Freetown, il a vu des patients venus de tout le pays pour être soignés. Il n'avait jamais rien vécu de tel. "C'est là que mon voyage a commencé", a-t-il déclaré. "J'ai trouvé ma voie".

David Kpakiwa, ce bénévole sierra-léonais de Mercy Ships qui se prépare à accueillir le Global Mercy™

,
Lorsque David Kpakiwa pense aux besoins chirurgicaux de son pays d'origine, la Sierra Leone, il est ému. Ce n'est pas seulement parce qu'il se soucie de ses compatriotes. C'est parce que cette question le touche de près. "Lorsque j'étais enfant, ma mère est tombée malade et a dû subir une intervention chirurgicale", raconte-t-il. "Mais dans notre communauté, il n'était pas possible de la faire opérer." La mère de David devait quitter leur maison dans le district de Kono pour se faire soigner, mais le voyage était trop onéreux. David était jeune, mais il assumait de lourdes responsabilités en tant que soutien de famille. Il a commencé à subvenir aux besoins de sa famille à l'âge de 8 ans, en travaillant de longues heures dans une ferme pour rapporter de l'argent à sa mère. "J'ai passé beaucoup de temps à regarder ma mère souffrir", déclare-t-il. Bien qu'elle ait finalement pu se faire soigner, David n'a jamais oublié cette expérience. "Les souvenirs sont là", dit-il, "et ils sont encore très frais". La famille de David n'est pas la seule dans cette situation en Sierra Leone. Il y a moins de trois chirurgiens pour 100 000 habitants, et ces chirurgiens sont inégalement répartis dans le pays. Cela signifie que les soins chirurgicaux sont inaccessibles à la majorité de la population. Selon les estimations, les besoins chirurgicaux non satisfaits en Sierra Leone atteignent 91 %. La mère de David était une illustration de toutes ces personnes qui n'avaient pas accès aux soins indispensables, impactant ainsi la vie affective de son entourage. C'est pourquoi, des années plus tard, quand David prépare l'arrivée du Global Mercy™ à Freetown, en Sierra Leone, il prend son travail très à cœur.

Le prochain chapitre : ravivons l’espoir et multiplions l’impact en Sierra Leone

,
L'enfance du Dr Sandra Lako, qui a grandi à bord des hôpitaux flottants de Mercy Ships, a été spéciale. Elle n'était qu'une adolescente lorsqu'elle a navigué pour la première fois en Sierra Leone et qu'elle a découvert un pays qui allait décider du cours de sa vie. Sandra a quitté le navire-hôpital pour accompagner une équipe médicale qui installait une clinique dans un village à l'extérieur de Freetown, en raison d'une épidémie de rougeole. Sandra a passé la semaine avec les mères qui amenaient leurs enfants malades pour les faire soigner. "Bien sûr, j'étais une adolescente et je n'avais donc pas les compétences nécessaires pour apporter des soins, mais j'ai pu aider les mères qui donnaient à leurs enfants des liquides pour les réhydrater", se souvient Sandra. "Malheureusement, deux enfants sont morts cette semaine-là. Cela m'a vraiment marquée... Ces expériences m'ont poussée à faire des études de médecine". Sandra a étudié la médecine aux Pays-Bas, son pays d'origine. Des années plus tard, elle est retournée en Sierra Leone pour participer à l’établissement d’un centre de santé par Mercy Ships à Freetown. Il proposait des interventions réparatrices des fistules obstétricales pour les femmes ayant subi des lésions lors de leur accouchement, ainsi que des services de santé infantile. Dix-huit ans plus tard, Sandra se sent toujours chez elle en Sierra Leone.

Coumba : une guérison tant attendue depuis 27 ans

Coumba se trouvait dans la ferme familiale le jour où sa vie a changé pour toujours. "Notre mère avait l'habitude de cuisiner sur le feu", raconte-t-elle. "C'était une grande ferme, alors elle allumait un feu à un endroit, puis à un autre. Un jour, mon petit frère jouait à côté, il s'est approché trop près et a commencé à prendre feu. À 4 ans, Coumba s'est précipitée pour sauver son frère alors que le feu se propageait. "Je suis tombée sur le côté gauche, et c'est là que je me suis brûlée", raconte-t-elle. "Mon frère a alors beaucoup pleuré, et ma mère a entendu. Elle est venue immédiatement, mais j'étais déjà entièrement brûlée sur le côté gauche." Avec son bras gauche soudé en position pliée et sa main endommagée, Coumba s'est adaptée à vivre avec un seul bras et une seule main. En grandissant, elle s'est mariée, a travaillé comme domestique et a élevé trois enfants dans leur ferme du nord du Sénégal où elle cultivait du riz et des légumes. Coumba rêvait de s'occuper elle-même de la ferme, comme le font beaucoup d'autres femmes au Sénégal, mais l'amplitude limitée de ses mouvements était un réel handicap. A l'âge de 31 ans, après des décennies de vie avec son bras atrophié, l'opération de Coumba sur l'Africa Mercy® allait transformer sa vie.

La Sierra Leone sur la voie d’un système de santé plus performant : Surmonter les obstacles et s’engager activement dans des partenariats

, ,
Les professionnels de la santé sur le terrain en Sierra Leone sont quotidiennement confrontés à des défis médicaux soulignant les graves disparités mondiales relatives à notre capacité - ou notre absence de capacité - à guérir. En Sierra Leone, l'exemple le plus frappant est le manque cruel de professionnels qualifiés capables de répondre aux besoins divers et croissants de notre pays en matière de soins de santé, surtout de soins chirurgicaux.

« Les dons qu’il porte en lui » : Hamadou retrouve l’espoir

, ,
Hamadou avait 4 ans lorsqu’il est venu à bord de l’Africa Mercy® au Sénégal. Il avait déjà appris à faire face aux limites physiques de sa fente labio-palatine, une fente dans la lèvre supérieure qui l'empêchait d'avaler et de manger, et qui affectait la croissance de ses dents. Mais la fente continuait à le freiner sur le plan social, même au sein de sa propre famille. Les membres de la communauté d'Hamadou boivent leur eau dans un grand pot qu'ils partagent avec les autres membres de leur famille, ainsi qu'avec leurs invités. « Les gens ne voudraient pas boire dans le même pot que lui », a expliqué sa mère, Hawa. Même si Hamadou était isolé dans certaines situations, sa mère était toujours à ses côtés et lui apportait un soutien constant.

Le parcours du premier chirurgien orthopédique pédiatrique du Sénégal

,
Au Sénégal, pays de plus de 16 millions d'habitants, il n'y a actuellement aucun chirurgien orthopédique pédiatrique. Les besoins sont immenses et immédiats. En l'absence d'un spécialiste sur place, les enfants sénégalais souffrant d'affections des membres inférieurs doivent attendre la visite d'un médecin provenant d'un autre pays. Le manque de chirurgiens orthopédistes pour enfants dans le pays signifie que les pathologies des os peuvent prendre beaucoup de temps avant d'être traitées, et qu’elles ne le sont parfois pas du tout. Ces affections peuvent entraîner de graves handicaps et affecter considérablement la qualité de vie de l'enfant. Parmi ces pathologies osseuses, on peut citer le pied bot.

Le Global Mercy™ accroit l’impact de sa mission en ayant servi le Sénégal et la Gambie depuis le port de Dakar.

,
Le 20 juin, avant de quitter le Sénégal, le Global Mercy™ a réuni autour d'un événement ses partenaires sénégalais et gambiens pour les remercier de leur soutien tout au long de cette mission.  Après des années de construction et des mois d’aménagement, le Global Mercy est désormais au service des patients.   Début 2023, tout a commencé par ce moment spécial où Amadou, petit Sénégalais de 4 ans, a emprunté la passerelle du navire-hôpital pour entamer son chemin vers la guérison. Des semaines plus tard, le petit garçon est rentré chez lui en descendant la même passerelle mais cette fois, il marchait sur des jambes droites pour la première fois de sa vie. Il va désormais grandir en toute liberté et en bonne santé, capable d'aller à l'école et de devenir indépendant un jour. 

La guérison en première ligne : Histoire d’une infirmière mentorée

,
Dans toute profession, le mentorat et le partage des connaissances sont essentiels pour donner aux bons travailleurs les moyens de devenir d'excellents travailleurs. C'est particulièrement vrai dans le domaine médical, où des praticiens qualifiés sont chargés de fournir des soins de qualité à ceux qui en ont le plus besoin. En 2022, lorsque l'Africa Mercy® s'est rendu au Sénégal pour un service de terrain de 10 mois, plus de 50 professionnels de santé ont participé à des programmes de formation et de mentorat afin de perfectionner leurs compétences et d'améliorer les soins prodigués aux patients. La toute dernière de ces professionnels était Sawdiatou Mbodji, qui a rejoint l'équipe d'infirmières du navire pour un mois de mentorat.

Un garçon de 13 ans, en difficulté pour manger et parler à cause d’une tumeur, bénéficie d’une intervention chirurgicale qui va transformer sa vie au Sénégal

,
Un adolescent qui a passé des années à chercher une solution pour se faire opérer d'une tumeur faciale grandissante qui l'empêchait de manger et de parler a été opéré avec succès grâce à une organisation humanitaire spécialisée dans la chirurgie. Dauoda n'avait que quatre ans lorsqu'un minuscule ganglion est apparu sur sa mâchoire supérieure. Dans d'autres pays, un dentiste aurait détecté la maladie plus tôt, mais dans son pays d'origine, le Sénégal, les soins sont beaucoup plus difficiles parce qu'il y a seulement huit dentistes pour un million d'habitants.